Assurance prévoyance professionnelle

Epargner et se constituer un patrimoine

La prévoyance privée est votre contribution volontaire au financement de votre projet de vie personnel. Le 3e pilier complète les prestations de l’AVS et de la prévoyance professionnelle. En fonction de votre projet de vie individuel, vous pouvez avoir besoin d’une autre solution de prévoyance. Aussi offrons-nous des produits de prévoyance flexibles qui peuvent être adaptés aux différentes phases de la vie et aux besoins sans cesse changeants.

Vos avantages

  • Produits simples et adaptés à vos besoins
  • Les droits des assurés sont toujours garantis à 100%
  • Nous offrons des produits avec garantie de croissance des placements et protection solide contre le risque
  • Conclusion rapide et simple de l’assurance, surtout pour les produits compacts
  • Vous trouverez des solutions de prévoyance adaptées à vos besoins

La sécurité en toutes circonstances

La prévoyance sociale en Suisse
Prévoyance étatique, professionnelle et individuelle. C’est la réponse flexible de la Suisse aux exigences élevées et parfois difficilement prévisibles de la prévoyance vieillesse et de la garantie des revenus. L’objectif est d’assurer des revenus adaptés en cas d’incapacité de gain, de sortie de la vie active ou, pour les survivants, dans le cas d’un décès prématuré.

LE FRUIT D’UNE ÉVOLUTION HISTORIQUE

Le modèle suisse des trois piliers combine la prévoyance vieillesse obligatoire de l’Etat avec des contributions des entreprises et des individus. Ce modèle n’est pas le fruit du hasard, mais un héritage historique. Dès le XIXe siècle, de petites caisses de retraite ayant un nombre restreint de membres furent fondées en Suisse. Ces premiers éléments d’une communauté solidaire ont été depuis lors constamment perfectionnés et ont inspiré l’évolution du modèle suisse des trois piliers. Ce n’est certes qu’en 1972 qu’il a été accepté par votation populaire, mais jusqu’à ce jour, il a fait preuve d’une étonnante flexibilité. La manière dont va évoluer le modèle suisse des trois piliers à l’avenir reste essentiellement une question de politique.

INSCRIT DANS LA CONSTITUTION FÉDÉRALE

En Suisse, la loi fédérale sur l’assurance-vieillesse et survivants (LAVS) est en vigueur depuis 1948. Elle constitue le 1 er pilier et règlemente la prévoyance vieillesse étatique basée sur la répartition. L’AVS représente pratiquement la base du revenu des personnes âgées, que les prestations du 2e pilier de la prévoyance professionnelle viennent utilement compléter. Le modèle des trois piliers est inscrit dans la Constitution fédérale depuis 1972. Sa particularité réside dans la combinaison de la prévoyance vieillesse de l’Etat, des entreprises privées et des individus. L’Etat et les employeurs ont donc légalement la responsabilité d’apporter une contribution significative pour assurer des revenus appropriés aux personnes à la retraite.

LES ASSUREURS PRIVÉS

L’évolution sociale actuelle a une influence à long terme sur la structure du modèle: d’une part, le vieillissement démographique menace l’efficacité d’une AVS financée par répartition parce que statistiquement de moins en moins de travailleurs subviennent aux besoins d’un nombre toujours plus important de retraités. D’autre part, l’abaissement du taux d’intérêt minimal LPP et les faibles taux d’intérêt du marché des capitaux entraînent une réduction considérable du capital de vieillesse de la prévoyance professionnelle. Etant donné que la prévoyance étatique et professionnelle des 1er et 2e piliers se trouve soumise à une énorme pression, la prévoyance individuelle du 3e pilier est appelée à avoir de plus en plus d’importance. Le secteur de l’assurance privée prend en charge ces problèmes et contribue également, grâce à ses solutions d’assurance, à l’accomplissement sur le long terme de cette mission de la Confédération
Prestations de prévoyance LPP
La prévoyance professionnelle (également appelée LPP ou 2e pilier) prend en charge les prestations à l’âge du départ à la retraite, en cas d’invalidité ou de décès. Elle est financée par les cotisations mensuelles que versent l’employeur et l’employé, à savoir que celles de l’employé sont directement déduites de son salaire et que l’employeur assume au moins la moitié des cotisations.

Prestations de vieillesse

Au moment de votre départ à la retraite, vous percevez une rente de vieillesse au titre de la prévoyance professionnelle. Le montant de cette rente dépend d’une part des cotisations versées et de la rémunération du capital épargné. D’autre part, elle est fonction du taux de conversion. Celui-ci sert à la conversion en rente annuelle de l’avoir de vieillesse disponible au moment du départ à la retraite d’un assuré. Le taux de conversion applicable à la part obligatoire de l’avoir est défini aux termes de la loi régissant la prévoyance professionnelle. A votre départ à la retraite, vous pouvez vous faire verser en espèces un quart de l’avoir épargné. Ceci réduira d’autant le montant des versements de rente vous revenant. Selon le règlement de la caisse de pension qui vous est opposable, vous pouvez percevoir plus du quart, voire l’intégralité du capital.

Invalidité

En cas d’invalidité à 40% ou plus, vous avez droit à une rente. Le degré d’invalidité est déterminé le montant de la pension d’invalidité. S’il est de 40%, vous percevez un quart de rente, s’il est de 50% une demi-rente, de 60% et plus un trois-quarts de rente et à partir de 70% une rente intégrale.

Décès

En cas de décès, les conjoints perçoivent généralement une rente de veuve ou de veuf et les enfants une rente d’orphelin jusqu’à leur 18e anniversaire. Les partenaires enregistrés sont assimilés à des conjoints.
Le fameux taux de conversion !
Thème complexe et controversé, le taux de conversion est omniprésent dans de nombreux médias. Il fait constamment l’objet de discussions dans le monde politique. Mais qu’est-ce qui se cache derrière ce taux difficile à saisir, qui détermine au final le montant de la rente de vieillesse mensuelle?

Pour faire simple, disons que le taux de conversion est un facteur exprimé en pourcentage. A la date du départ à la retraite, il est utilisé pour convertir le capital épargné et rémunéré – que l’on appelle l’avoir de vieillesse – en une rente annuelle garantie à vie. Ainsi, un capital de 1 000 000 CHF multiplié par un taux de 5,8%, par exemple, donne une rente de vieillesse annuelle de 58 000 CHF.

L'ESPÉRANCE DE VIE TOP TEN DANS LE MONDE

L’espérance de vie en Suisse, l’une des plus élevées au monde, s’est accrue au cours des dernières années. Actuellement, la Suisse figure à la 8e place, entre le Luxembourg et l’Australie. Saint-Marin occupe la tête du classement (source: Statistica). Les valeurs empiriques statistiques servent de base de calcul à cet effet: selon l’Office fédéral de la statistique, un homme âgé de 65 ans avait une espérance de vie résiduelle de 15 ans il y a 30 ans, alors qu’elle est passée à 20 ans aujourd’hui. Pour qu’une institution de prévoyance puisse payer la rente de vieillesse durant cette période, il faut épargner suffisamment de capital au préalable.

LES PRESTATIONS DE SURVIVANTS

SÉCURITÉ POUR LES CONJOINTS ET LES ENFANTS

Au décès du conjoint ou d’un parent, les survivants ne doivent pas être confrontés à des difficultés financières pour les survivants. La LPP prévoit en premier lieu une prestation de survivants sous forme de rente. En particulier après la disparition d’un bénéficiaire de rente, une rente de conjoint est assurée, laquelle doit également être financée avec le capital épargné.

TAUX D’INTÉRÊT TECHNIQUE

RÉMUNÉRATION DU CAPITAL À COMPTER DE LA RETRAITE

Pour que le capital disponible au départ à la retraite soit suffisant, il est rémunéré annuellement pendant la durée du versement. C’est à cela que sert le taux d’intérêt technique. Il s’agit d’une mesure arithmétique incluant une hypothèse relative à l’évolution économique et aux rendements futurs des marchés financiers. Le taux d’intérêt technique doit être fixé de manière à se situer durablement au-dessous du rendement du capital effectivement obtenu, avec une marge. S’il est fixé de manière trop prudente rétrospectivement, des excédents sont réalisés, lesquels sont distribués aux assurés. En revanche, s’il est fixé de manière trop optimiste à long terme, il en résulte un subventionnement croisé entre les assurés actifs et les bénéficiaires de rente.

LE TAUX DE CONVERSION LPP

LE LÉGISLATEUR EN PARLE

Le taux de conversion dépend donc de l’espérance de vie, des prestations en faveur des survivants et du taux d’intérêt technique. En d’autres termes, plus l’espérance de vie d’un nouveau retraité est élevée, à savoir, plus la durée du paiement de rente estimé est longue et plus le rendement du placement escompté est faible, plus le taux de conversion fixé est faible et, par là même, la rente de vieillesse – et inversement. Cependant, ce taux s’applique uniquement à l’avoir de vieillesse LPP.

Le taux de conversion légal, à savoir le taux de conversion LPP, s’élève actuellement à 6,8%. Les experts s’accordent à dire que ce taux est trop élevé, étant donné qu’il se base sur des hypothèses d’un taux nettement supérieur à 4%.

UN EXAMEN ATTENTIF EN VAUT LA PEINE

Ce faisant, il convient de noter que non seulement le taux de conversion est déterminant pour le montant des prestations de vieillesse, mais également le capital épargné lors du départ à la retraite. Plus les avoirs d’épargne réalisés par le salarié et l’employeur pendant la durée de l’activité et leur rémunération sont élevés, plus le capital sera élevé au moment du départ à la retraite et, par là même, la rente de vieillesse.
Qu’est-ce qu’une fondation collective

La prévoyance professionnelle est en principe gérée par des caisses de pension. Une caisse de pension est gérée distinctement pour chaque entreprise, avec des plans de prévoyance spécifiques administrant les cotisations, prestations et la fortune correspondantes. En Suisse, il existe également près d’une centaine de fondations collectives. Une fondation collective est le fruit du regroupement de différentes entreprises ayant pour objectif de satisfaire ensemble leurs obligations en matière de prévoyance.

Les fondations collectives et les autres institutions de prévoyance se distinguent selon leur forme juridique, leur forme administrative et leur degré d’autonomie:

FORMES JURIDIQUES

Les institutions de prévoyance sont des entités relevant du droit privé. Environ 98% sont des fondations. Dans de rares cas, il s’agit encore de coopératives. Les institutions de prévoyance d’employeurs publics tels que les autorités, les administrations, les entreprises publiques, etc. ont généralement un statut de droit public.

FORMES ADMINISTRATIVES

  • Les entreprises d’une certaine taille ont leur propre caisse de pension.
  • Les organisations composées d’entités en partie autonomes, telles que les groupes constitués de diverses entreprises, la Confédération, les cantons, disposent d’une institution de prévoyance commune à plusieurs employeurs.
  • Les petites entreprises s’affilient en général à une fondation collective car une caisse de pension propre leur coûterait trop cher. La fondation collective gère une institution de prévoyance sur mesure pour chaque entreprise affiliée.
  • Les membres d’une association professionnelle s’affilient souvent à une institution commune, le même règlement s’applique à toutes les entreprises affiliées.
Quelle est la différence entre assurance risque et épargne ?
Avec les assurances-vie, vous avez la possibilité d’assurer uniquement un simple risque (décès ou incapacité de gain) ou de combiner la protection contre le risque avec un plan d’épargne. Cela a également un impact sur la fiscalité

Fondamentalement, nous faisons une distinction entre les assurances épargne constitutives de capital ou susceptibles de rachat et les assurances risque ou ne pouvant être rachetées

Assurance épargne

Une assurance est constitutive de capital ou susceptible de rachat si la survenance d’un événement assuré et donc le versement de la prestation d’assurance à l’ayant droit sont établis. Les assurances de capitaux constitutives de capital, outre une part de risque (invalidité, décès), comportent également une part d’épargne.

Assurance risque et épargne

L’assurance-vie mixte est toujours la forme la plus courante d’assurance constitutive de capital. Elle se caractérise par des prestations garanties en cas de décès et en cas de vie. Le capital assuré est versé en cas de décès de la personne assurée, mais au plus tard à l’échéance de l’assurance. En plus des prestations d’assurance garanties, a lieu une participation aux excédents de la compagnie d’assurance. La part d’excédents est déterminée chaque année sur la base du résultat d’exploitation de la compagnie d’assurance.
Quels sont les avantages qu’offrent les assurances-vie ?
En principe, une assurance-vie protège contre des risques tels que le décès ou l’invalidité et est utilisée dans le cadre de la prévoyance vieillesse privée. Cela représente par exemple une bonne solution si vous souhaitez mettre régulièrement des fonds de côté, investir une somme d’argent de manière pratique ou financer une maison ou un appartement.

Contactez-nous sans sans engagement pour votre prévoyance professionnelle !

En envoyant cette demande, j’accepte les dispositions relatives à la protection des données.

Le feedback est anonyme.
Si vous souhaitez nous poser une question, veuillez utiliser le formulaire de contact.

feedback_mix.png