Assurance risque incapacité de gain

L’incapacité de gain peut toucher tout le monde, mais personne ne devrait en subir les conséquences financières. Dès qu’il ne nous est plus possible de travailler pendant une longue période, notre existence s’en trouve bouleversée. L’assurance incapacité de gain vous libère, vous et votre famille de la pression financière. Grâce au revenu de substitution nécessaire, vous serez mieux à même de gérer cette situation de toute façon pénible.

Vos avantages

  • Elle garantit le revenu de substitution nécessaire en cas d’incapacité de gain.
  • Elle complète les prestations de l’AI et de la prévoyance professionnelle.
  • Elle peut être souscrite en tant que prévoyance liée (pilier 3a) et prévoyance libre (pilier 3b).
  • Les primes sont déductibles du revenu imposable jusqu’au montant maximal légal (pilier 3a).
  • Inclut automatiquement une exonération du paiement des primes en cas d’incapacité de gain.
  • Couverture des obligations financières courantes, comme les hypothèques.

La sécurité en toutes circonstances

Couverture en cas de décès
L’assurance incapacité de gain avec couverture décès protège financièrement les survivants en cas de décès de l’assuré et leur évite les situations financières difficiles. Car la somme d’assurance convenue est versée aux survivants sous forme de capital ou de rente.
L’assurance risque intermédiaire

Les changements font partie de la vie. Cependant, ils peuvent parfois entraîner des difficultés financières. L’assurance risque intermédiaire est une aide transitoire flexible qui garantit votre constitution de capital et votre couverture d’assurance :

  • Elle vous assure une flexibilité très élevée en cas de difficultés financières
  • Elle vous garantit une sécurité supplémentaire dans des périodes difficiles
  • Elle maintient votre placement de capital en cas de suspension des paiements
  • Son adaptation à vos besoins est garantie
  • Elle vous protège d’une perte de tarifs et de couverture d’assurance
Quelle est la différence entre assurance risque et épargne ?

Avec les assurances-vie, vous avez la possibilité d’assurer uniquement un simple risque (décès ou incapacité de gain) ou de combiner la protection contre le risque avec un plan d’épargne. Cela a également un impact sur la fiscalité.

Fondamentalement, nous faisons une distinction entre les assurances épargne constitutives de capital ou susceptibles de rachat et les assurances risque ou ne pouvant être rachetées.

Assurance épargne

Une assurance est constitutive de capital ou susceptible de rachat si la survenance d’un événement assuré et donc le versement de la prestation d’assurance à l’ayant droit sont établis. Les assurances de capitaux constitutives de capital, outre une part de risque (invalidité, décès), comportent également une part d’épargne.

Assurance risque et épargne

L’assurance-vie mixte est toujours la forme la plus courante d’assurance constitutive de capital. Elle se caractérise par des prestations garanties en cas de décès et en cas de vie. Le capital assuré est versé en cas de décès de la personne assurée, mais au plus tard à l’échéance de l’assurance. En plus des prestations d’assurance garanties, a lieu une participation aux excédents de la compagnie d’assurance. La part d’excédents est déterminée chaque année sur la base du résultat d’exploitation de la compagnie d’assurance.

Quels sont les avantages qu’offrent les assurances-vie ?
En principe, une assurance-vie protège contre des risques tels que le décès ou l’invalidité et est utilisée dans le cadre de la prévoyance vieillesse privée. Cela représente par exemple une bonne solution si vous souhaitez mettre régulièrement des fonds de côté, investir une somme d’argent de manière pratique ou financer une maison ou un appartement.
Détecter et combler les lacunes de prévoyance

Les 1er et 2e piliers vous garantissent à l’âge de la retraite environ 60% du dernier salaire perçu. Dans de nombreux cas, toutefois, ces 60% ne suffisent pas à maintenir le niveau de vie habituel. Il est donc souhaitable de compléter ces moindres revenus par la prévoyance privée. D’après notre expérience, on vise généralement environ 80% du dernier salaire perçu.

Etant donné que non seulement l’AVS, mais aussi la LPP prévoient une assurance-vieillesse maximale jusqu’à un salaire annuel d’environ 85 000 francs, cela peut entraîner des lacunes de prévoyance dans le cas de revenus plus élevés. D’autres causes de lacunes de prévoyance sont par exemple la maternité, des études, un travail à temps partiel, un séjour à l’étranger, un divorce ou une retraite anticipée. Si vous ne détectez et ne comblez pas ces lacunes à temps, vous pourriez être confronté à des difficultés financières durant la vieillesse ou en cas d’invalidité.

Souscrire un 3e pilier

Les lacunes de prévoyance sont souvent comblées par des versements dans le pilier 3a. Cela implique un certain nombre d’avantages:

  • Vous pouvez déduire les versements annuels dans le pilier 3a du revenu imposable jusqu’à concurrence du montant maximum légal, faisant ainsi des économies d’impôts.
  • L’avoir de prévoyance n’est pas soumis à l’impôt sur le revenu ou sur la fortune pendant toute la durée du pilier 3a.
  • En cas de versement du capital de prévoyance provenant du pilier 3a, celui-ci est imposé sur la base d’un taux réduit.

Versements dans le 2e pilier

Vous pouvez également faire des rachats volontaires dans la caisse de pension afin de combler les lacunes de prévoyance (éventuellement dues à une période de cotisation incomplète). Les rachats volontaires dans le 2e pilier sont par ailleurs déductibles du revenu imposable.

 

Demandez-nous une offre pour votre assurance incapacité de gain !

En envoyant cette demande, j’accepte les dispositions relatives à la protection des données.

Le feedback est anonyme.
Si vous souhaitez nous poser une question, veuillez utiliser le formulaire de contact.

feedback_mix.png